Un titre pour mon western !

Pour trouver les titres de western les plus accrocheurs, les distributeurs ont semblé trouver dans les années 30 une formule qu’ils ont reprise et usée jusqu’à la corde, décennie après décennie, donnant aujourd’hui le tournis à un amateur curieux.

On pourrait arrêter le point de départ à La Charge de la Brigade légère (Michael Curtiz, 1936), traduction littérale du titre anglais, The Charge of the light brigade. Après ça, les films de cavalerie seront tous des Charges ; et si ce n’est pas la cavalerie mais des cow-boys ou des bandits, il s’agira alors de Chevauchée ou de Poursuite. Elles seront, selon les cas, héroïque, fantastique, infernale, sauvage… Vous mélangez et avec un peu de chance ça ne sera pas pris (il semble que « La Poursuite héroïque » est encore libre).

Charge, chevauchée, poursuite ?

On peut souvent regretter que la traduction ignore un titre original beaucoup plus évocateur du contenu. Si on s’en tient au titre, on pourrait croire que les films sont tous les mêmes. Mais un relevé est fascinant.

–      La Chevauchée fantastique – Stagecoach (John Ford, 1939). Western fondateur, cultissime, qui se passe dans une… diligence, comme l’annonce sobrement le titre original. Mais le film a pris dans l’histoire du western une dimension si important que le « fantastique » n’est pas finalement pas usurpé.

–      La Charge fantastique – They died with their boots on (Raoul Walsh, 1941). Un chef-d’œuvre de Walsh, qui narre une version idéalisée et féerique de la carrière du controversé Custer. Le titre américain annonce l’aspect légendaire, invoquant l’héroïsme et le patriotisme. Quant au titre français… Il y a en effet une charge de cavalerie, à un moment. Et ça se passe plutôt bien pour eux.

A la charge !

–      La Poursuite infernale – My darling Clementine (John Ford, 1946). Les frères Earp et Doc Holliday contre les frères Clanton, OK Corral… Et la Clementine du titre original. Comme dans de nombreux westerns, une chanson accompagne le film, il est ainsi beaucoup plus simple de se souvenir du titre original. Y a-t-il seulement une poursuite dans le film ?

–      La Charge héroïque – She wore a yellow ribbon (John Ford, 1949). Deuxième film de la trilogie de la cavalerie de Ford ; le titre est aussi une chanson, et décrit la coutume consistant à arborer un ruban jaune pour montrer qu’on attend le retour de l’être aimé. Quant à une charge héroïque, oui, c’est la cavalerie sous les ordres de John Wayne (comment ça, un titre passe-partout ?).

Le ruban jaune

–      La Poursuite fantastique – Dragoon Wells massacre (Harold D. Schuster, 1957). Je ne connais pas ce film, je suis tombé dessus tout à fait par hasard en tentant des combinaisons de titres. Le synopsis : « A cavalry officer, the sole survivor of an Indian attack, and a wagon load of prisoners travel through hostile Indian country ». Fantastique, à n’en pas douter.

–      La Chevauchée des bannis – Day of the outlaw (André de Toth, 1959). L’original est plus proche de l’intrigue (un village qui reçoit une horde de hors-la-loi) qu’une chevauchée, qui  évoque une fuite. Même si le titre est plutôt bon.

–      La Chevauchée de la vengeance  – Ride lonesome (Budd Boetticher, 1959). L’exemple même du titre passe-partout, pouvant convenir aussi bien à ce film qu’à 6 ou 7 autres réalisations de Boetticher – mais ne soyons pas mauvaise langue ; c’est aussi vrai pour le titre original. Sauf qu’il est plus beau.

La Chevauchée de la vengeance

–      La Charge de la huitième brigade – A distant trumpet (Raoul Walsh, 1964). Peut-être un hommage du distributeur à Walsh, pour son dernier film ? Une dernière charge pour la route ?

–      La Chevauchée sauvage – Bite the bullet (Richard Brooks, 1975). Le titre français semble ici justifié, si les autres titres n’avaient pas existé : une course de cheval à travers le désert… Peu à redire.

On pourrait continuer, les plus motivés compareront les titres originaux et synopsis de La Dernière charge, La Charge des tuniques bleues ; La Poursuite des tuniques bleues, La Poursuite sauvage ; La Chevauchée de l’honneur, La Chevauchée terrible, La Chevauchée du retour… Vraiment fascinant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s