Les meilleurs films de l’année 2012 (2/2)

Puisque le plaisir des listes est aussi dans leur comparaison, regardons un peu ce que les rédactions nous ont proposé comme classement des meilleurs films de l’année écoulée… A les parcourir, je me sens un peu seul avec Vous n’avez encore rien vu, mais tant pis.

tabou_0
Télérama
1. Oslo, 31 août, de Joachim Trier
2. Take shelter, de Jeff Nichols
3. Moonrise kingdom, de Wes Anderson
4. Margin call, de J. C. Chandor
5. Holy motors, de Leos Carax
6. Tabou, de Miguel Gomes
7. Dans la maison, de François Ozon
8. Camille redouble, de Noémie Lvovsky
9. Amour, de Michael Haneke
10. The Deep blue sea, de Terence Davies
11. Les Adieux à la reine, de Benoît Jacquot
12. Adieu Berthe (l’enterrement de Mémé), de Bruno Podalydès
13. Killer Joe, de William Friedkin
14. De rouille et d’os, de Jacques Audiard
15. Elena, d’Andreï Zviaguintsev

Agréable d’apercevoir ici The Deep Blue Sea, la très belle errance de Terrence Davies distribuée presque en catimini alors que le réalisateur mérite qu’on s’y attarde. En tête, Oslo, 31 août gagne un coup de projecteur mérité. Côté français, on a le catalogue des cinéastes préférés de la revue, si bien qu’on se demande s’ils ne sont pas là par habitude (sauf Carax, qui fait si peu de film qu’il n’a jamais pu prendre l’habitude). Enfin, pour la mention «  Télérama surprend par son éclectisme  », Killer Joe ressemble un peu à l’erreur de casting (ou alors l’année était d’un faible niveau pour la rédaction).

Holy Motors

Les Cahiers du Cinéma

1. Holy motors, de Leos Carax
2. Cosmopolis, de David Cronenberg
3. Twixt, de Francis Ford Coppola
4. 4h44, dernier jour sur Terre, d’Abel Ferrara
5. In another country, d’Hong Sang-Soo
6. Take shelter, de Jeff Nichols
7. Go go tales, d’Abel Ferrara
8. Tabou, de Miguel Gomes
9. Faust, d’Alexander Sokourov
10. Keep the lights on, d’Ira Sachs

A voir Cronenberg et Ferrara se partager les honneurs du classement, on se dit qu’il ne manque que Carpenter pour compléter le groupe des indépendants d’outre-Atlantique défendus becs et ongles par la revue – quitte à plébisciter un Go Go Tales un peu désinvolte. Heureusement, il y a Coppola, qui mérite une mention spéciale pour son audace et sa fraîcheur. En revanche, derrière l’OVNI de Leos Carax, aucun film français – de quoi donner du grain à moudre à une polémique en cours ?

Twixt

Les Inrockuptibles
1. Holy Motors, de Leos Carax
2. Tabou, de Miguel Gomes
3. In another country, d’Hong Sang-soo
4. Twixt, de Francis Ford Coppola
5. Damsels in distress, de Whit Stillman
6. 4h44, dernier jour sur Terre, d’Abel Ferrara
7. Camille redouble, de Noémie Lvovsky
8. Looper, de Rian Johnson
9. Un monde sans femmes, de Guillaume Brac
10. L’Âge atomique, d’Helena Klotz
11. Take Shelter, de Jeff Nichols
12. L’été de Giacomo, d’Alessandro Comodin
13. The Day he arrives, d’Hong Sang-soo
14. Barbara, de Christian Petzold
15. Fengming, chronique d’une femme chinoise, de Wang Bing
16. Laurence Anyways, de Xavier Dolan
17. Moonrise Kingdom, de Wes Anderson
18. Go go tales, d’Abel Ferrara
19. Amour, de Michael Haneke
20. Les Chants de Mandrin, de Rabah Ameur-Zaïmeche

Damsels in distress dans le top 5, c’est presque un manifeste  : l’année fut riche en tentative, en outsiders, en auteurs incorruptibles. Une curiosité aussi insatiable peut expliquer la présence de l’inénarrable Looper, qu’on reverrait bien un jour pour rigoler un peu (mais pas en entier).  Notons par ailleurs la présence de Barbara, malheureusement trop oublié (mais qu’a fait Télérama?).

Virée bucolique

Première
1. De rouille et d’os, de Jacques Audiard
2. La Taupe, de Thomas Alfredson
3. Looper, de Rian Johnson
4. Le Territoire des loups, de Joe Carnahan
5. Avengers, de Joss Whedon
6. Margin call, de J. C. Chandor
7. Margaret, de Kenneth Lonergan
8. Cinq ans de réflexion, de Nicholas Stoller
9. Take shelter, de Jeff Nichols
10. Cosmopolis, de David Cronenberg

Audiard en meilleur film, c’est presque une tarte à la crème  ; quand il est suivi par neuf films américains, on salue tout de même l’exploit. On notera que malgré la domination écrasante du cinéma US, Skyfall n’est pas dans ce classement-là non plus. Une petite remarque : Holy Motors est absent, mais Take Shelter tient encore sa place.

Donc  : Holy motors et Tabou très bien placés (sauf chez Première), et pour le reste une sacrée dispersion. Peu de films français, peu de blockbusters, et une seule constante : Take shelter. Le film qui aura mis tout le monde d’accord  ?

Take-Shelter

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s