La Fille du 14 juillet, tube de l’été sacrifié

Il est à craindre que La Fille du 14 juillet ne rencontre pas le public qu’elle mérite, qu’elle reste dans un environnement confidentiel, alors qu’elle a le potentiel pour être la comédie de l’été. Elle pourrait même devenir l’emblème d’une génération, comme en leurs temps Les Bronzés ou La Cité de la peur. Pourtant, distribuée sur peu d’écrans, elle a peu de chance de connaître un tel destin.

Sur la route des vacances...

Sur la route des vacances…

Paradoxalement, les atouts commerciaux du film sont aussi ce qui peut l’empêcher de toucher une large audience. Sur le créneau du cinéma d’auteur un peu fauché, c’est un carton absolu : présence à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes, succès critique quasi unanime, le film est « cultivé », dans le sens où il cite l’histoire du cinéma et s’en inspire dans une certaine mesure. Il attirera et convaincra donc un public averti qui reconnaîtra les touches de Nouvelle vague qui parsèment le film (Jules et Jim, Godard…), et qui s’amusera avec bienveillance de l’ambiance « Max Pécassienne ».

Pourtant, le côté cultivé, s’il est plaisant, n’a à peu près rien à voir avec les qualités intrinsèques du film. La seule véritable référence, c’est la fraîcheur du ton, la liberté de la réalisation et l’apparente anarchie de l’intrigue. C’est l’esprit de la Nouvelle vague qui parle, et non son héritage. Le succès critique, la présence à Cannes sont donc plus susceptibles de rebuter le spectateur à la recherche d’une bonne tranche de rigolade.

Sur la route des vacances (suite)...

Sur la route des vacances (suite)…

Car La Fille du 14 juillet, c’est avant tout une énorme tranche de rigolade. Oublions un peu les regards érudits et savourons les situations improbables, les personnages loufoques, et un sens du rythme hallucinant, qui font du film un moment sans temps morts parsemé de sommets d’hilarité. Si Antonin Peretjatko maîtrise une chose, ce n’est pas la Nouvelle vague, mais les ressorts de la comédie (il est bien plus proche de Tati que de Truffaut). Tout en se tenant à un univers tout à fait cohérent, ce qui fait la différence avec n’importe quelle comédie française récente. Le spectateur n’est jamais sorti du film par les citations ; elles sont là pour le décor, au même titre que la couleur d’une robe ou qu’un modèle de voiture.

Mais alors, que ne faut-il pas faire, de nos jours, pour avoir droit au succès ? Ou plutôt : pourquoi La Fille, véritable comédie populaire, est-elle contrainte à une sortie restreinte, quand les films d’Alain Chabat, Kad et Olivier, Fabien Ontoniente ou Dany Boon inondent les écrans ? Pourquoi un tel écart ? La réponse est aussi simple qu’attristante : parce que jamais elle n’est influencée par la télévision. Il n’y a aucun acteur bankable (les guest star sont Albert Delpy et Bruno Podalydès, ce qui, alors qu’on place partout les stars comme des produits, donne une idée de la stratégie commerciale du film) et rien qui se rapproche d’un humour de pastilles. Ses plus grands atouts sont malheureusement les ennemis du succès de masse.

La fille, le 14 juillet

La fille, le 14 juillet

Sait-on jamais, un bouche-à-oreille formidable saura peut-être provoquer une belle histoire (ce qui ne semble pas impossible au vu du film) ; peut-être que la communication s’orientera petit à petit vers le large public qu’elle peut tout à fait viser. Sinon, on ne désespère pas complètement : on passera le DVD aux copains et on sera à l’affut du prochain opus, qui fera alors plus parler de lui. Car on a pleine confiance en Antonin Peretjatko, ce frondeur inconscient, pour rééditer ce formidable geste.

Publicités

3 réflexions sur “La Fille du 14 juillet, tube de l’été sacrifié

  1. Pingback: Troublantes Rencontres, belle aventure | de 5 à 7

  2. Pingback: Les meilleurs films de 2013 | de 5 à 7

  3. Pingback: Nostalgies de jeunesse | de 5 à 7

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s