Gravity ou l’anti Bresson

Gravity, d’Alfonso Cuaron_

Gravity arrive sur nos écrans précédé de la réputation de chef-d’œuvre absolu du cinéma (ou presque). Afin d’éviter toute déception aux spectateurs alléchés par la perspective, modérons cet enthousiasme : s’il est visuellement impressionnant, pas de chef-d’œuvre en vue. Malgré un prélude formidable véritablement en apesanteur, et une première partie d’une efficacité redoutable, le film finit par perdre son inspiration ; après la surprise et le suspense, le scénario s’égare dans la répétition d’événements qui transforme la tension en ennui. Les réflexions sur la vie et la mort qui surgissent malencontreusement sont d’une terrible banalité. Accompagné par une lourde musique parfois assourdissante, l’ensemble nous fait regretter le silence et la froideur qui habitaient le début. Un divertissement à deux vitesses donc, dont on imagine ce qu’il aurait pu être s’il s’était tenu à un programme ambitieux plutôt que de virer dans le mélo pré-maché pour public fainéant.

Quand Sandra Bullock se dit qu'elle aurait mieux fait de rester couchée.

Il est intéressant qu’Alfonso Cuaron cite comme inspiration Un condamné à mort s’est échappé, de Robert Bresson. Dans ce dernier, un homme préparait méticuleusement une évasion d’une extrême complexité, où rien ne pouvait être laissé au hasard. Le titre annonçait le succès ; mais cela se jouait à si peu de choses qu’on n’oser imaginer que l’entreprise finisse bien par réussir. Or, si l’enjeu de Gravity est similaire (sortir vivant de l’aventure malgré les obstacles), le fonctionnement narratif en est radicalement différent. Car ici, il ne s’agit pas de l’organisation minutieuse de la survie ; au contraire, les personnages sont ballotés d’un événement à l’autre, sans aucune prise sur leur devenir. Ce n’est pas le talent, la maîtrise, la réflexion qui guident l’action, mais presque uniquement la chance ou la malchance. A une malchance succède la chance, elle-même suivie d’une difficulté inattendue. Aucune place au calcul : dans un enchaînement assez surréaliste, presque onirique, il ne s’agit que de se laisse glisser vers la survie, où qu’elle soit, de profiter de la bonne fortune et de résister aux mauvais coups du sort.

GRAVITY

En ce sens, si Alfonso Cuaron s’est inspiré d’Un condamné à mort s’est échappé, c’était peut-être pour mieux s’en éloigner. L’espace, le vide, la solitude, ne sont pas des conditions dans lesquelles il est possible d’échafauder un plan à suivre à la lettre. La précision du personnage de Bresson, sa réflexion, sont diamétralement opposées aux actions instinctives de Sandra Bullock qui laisse au hasard une place énorme (la séquence où elle pilote un vaisseau dont les touches sont en chinois est l’apogée de cette logique). Gravity est, dans l’intention, le divertissement absolu, où tout sera inattendu, impossible à maîtriser. Pour Bresson, décrire la préparation de l’évasion était le témoignage d’un acte de résistance, destiné à prouver qu’une organisation, aussi écrasante soit-elle, ne pouvait avoir raison de l’intelligence.

Un condamné à mort s'est échappé, où l'esprit triomphe de l'incertitude

Pour en finir avec la comparaison, on notera que le meilleur suspense est finalement celui qui annonce sa résolution dans le titre ; et que des deux héros, le personnage le plus passif est celui du film d’action. En constatant cela, on se dit qu’Alfonso Cuaron aurait peut-être mieux fait de s’inspirer plus directement de Bresson. Qui sait s’il n’aurait pas réalisé ce chef-d’œuvre dont tout le monde parle.

Mélancolie spatiale

Publicités

2 réflexions sur “Gravity ou l’anti Bresson

  1. Superbe critique, vraiment. Très bien écrit, on sent la culture. Je suis d’ailleurs d’accord avec tout ce que tu énonces. Je n’ai vu aucun chef d’œuvre non plus, j’ai été à l’inverse plutôt déçu par cette proposition de cinéma qui vire au catastrophisme poussif et à la symbolique maternelle gonflante.
    Ma critique devrait te plaire : http://bit.ly/17BMjMQ

  2. Pingback: Les meilleurs films de 2013 | de 5 à 7

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s