Au-delà de la fiction

Une jeunesse allemande, de Jean-Gabriel Périot (2015)

par Jimmy Ménez_

Raconter l’histoire de la Fraction Armée Rouge, uniquement à partir de matériaux radiophoniques d’époque et d’images d’archives, pouvait sembler de prime abord un pari risqué. Disons le tout de suite, le résultat surpasse toutes les espérances.

une jeunesse allemande 2L’une des premières scènes déploie d’emblée toute la complexité du sujet. Nous sommes dans une rue de Berlin, une croix gammée a été peinte sur un mur, deux groupes se prennent à partie. D’un côté la jeunesse armée d’une caméra et de l’autre leurs aïeux ayant laissé le troisième Reich arriver au pouvoir et même, pour certains d’entre eux, ayant combattu pour le régime nazi. Les enfants nés pendant ou peu de temps après la Seconde Guerre mondiale ne comprennent pas que leurs ascendants aient pu laisser de telles choses se produire. Entre les deux générations, le dialogue est rompu. L’une se complaisant dans le libéralisme et l’autre se perdant dans les idées utopistes de la lutte des classes. La fin de l’histoire nous la connaissons déjà, c’est là toute la force du documentaire historique. Les leaders d’un mouvement étudiant pacifiste – en lutte contre l’impérialisme américain et la guerre du Viet Nâm , contre les inégalités sociales ou encore contre le capitalisme – à force d’être muselés par l’État et transcendés par l’idée de révolution finiront par faire le choix de la clandestinité et de la lutte armée.

L’utilisation d’archives se révèle être le moteur d’une réflexion sur ces faits historiques et propose, par le biais du montage, une narration dont la puissance surpasse la plupart des films de fiction actuels. Toute la force dramaturgique d’Une jeunesse allemande vient de cet ancrage absolu au réel. De plus, le cinéaste français Jean-Gabriel Périot, dont il s’agit ici du premier long métrage, ne tombe à aucun moment dans le piège de prendre parti pour l’un ou pour l’autre des deux camps. Il expose simplement les faits et avec une rare intelligence dans le montage et la succession des scènes, nous donnant ainsi une matière et des discours à questionner. Des films expérimentaux de Holger Meins aux apparitions télévisuelles d’Ulrike Meinhof, des happenings d’Andreas Baader aux images d’actualités ou d’émissions télévisuelles nous appréhendons l’ensemble des problématiques à l’œuvre et constatons la montée de la violence entre 1966 et 1977. Au final, des actes inhumains sont commis des deux côtés, à la fois par les membres de la Fraction Armée Rouge et par l’État – la résonance avec l’actualité récente se fait involontairement, on pense au terrorisme islamiste et à Guantanamo.

une jeunesse allemandeAu cœur de la révolte de cette jeunesse allemande, le spectateur ne peut que constater la dénonciation du capitalisme à outrance et de l’individualisme. Or aujourd’hui, nos sociétés occidentales sont principalement régies par l’argent et la productivité. L’individualisme et l’égocentrisme n’ont cessé de croître avec le développement des nouveaux modes de communication en réseaux qui déshumanisent les rapports sociaux. Finalement, l’utopie révolutionnaire des militants d’extrême gauche des années soixante-dix n’aura pas permis d’ouvrir un vrai débat de fond sur les questions humanistes qu’ils tentaient de mettre en avant. Leur choix de la lutte armée et son inévitable lot de victime auront permis aux dirigeants de diaboliser leur discours et de les extraire du débat public. À ce titre, l’extrait d’un film de Fassbinder, qui arrive à la fin du film pour questionner l’idée de démocratie, est un choix d’une pertinence folle qui permet aux documents d’époque de venir questionner notre présent. En sortant de la salle, on ne peut s’empêcher de garder cette question à l’esprit : qu’est ce que la démocratie ?

une jeunesse allemande 3

Publicités

Une réflexion sur “Au-delà de la fiction

  1. Pingback: 2015, année d’émerveillement | de 5 à 7

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s